Un grenier villageois à Mafeya

 

Axes de Coopération > Développement économique > Le grenier de Mafeya

 

 

Qu'est-ce que le grenier villageois de Mafeya ?

 

Le grenier, construit en 1989, était destiné à constituer un stock de sorgho en organisant une restitution au fur et à mesure des besoins. Pour financer ce projet, le Comité de Jumelage à fait appel aux habitants de Quetigny qui ont prêté les fonds nécessaires.


L'ensemble des villageois a construit le grenier, situé au milieu du village. Les seuls investissements ont consisté dans l'achat de chaux et d'un cadenas. Pourquoi de la chaux ? tout simplement pour assurer un crépi dont la durée de vie soit supérieure à celle du banco traditionnel. ( Qui aurait, tous les ans, refait ce crépi ? )
Quand un chef de famille a besoin de grain, il emprunte ( 50, 100, 300 Kg). Au moment de la récolte suivante, il restitue au grenier sur sa propre production la quantité empruntée + 15%.
Une balance est mise à la disposition du village et les comptes sont tenus, en bambara, par deux personnes alphabétisées du village. Un double en français est mis à jour.


Tous les chefs de famille ont pu bénéficier de l'aide du grenier. En ont été exclus, la troisième année, sur décision du Conseil de village, les mauvais payeurs.

 

Le détail du projet

Au moment de la récolte des céréales, les paysans maliens doivent vendre du grain afin, notamment, de payer l'impôt et de disposer de quelques liquidités ( achat de vêtements, d'outils,..). L'ensemble des paysans ayant les mêmes pratiques, le marché se sature et les cours s'effondrent.
Lorsque les conditions climatiques ne sont pas favorables ; la récolte n'assure pas l'alimentation de la famille tout au long de l'année et les petits producteurs sont obligés, par la suite , de racheter du grain sur les marchés à des prix plus élevés pour satisfaire leurs besoins alimentaires.

Construire un grenier collectif au niveau du village a pour objectif, par la constitution d'un stock de céréales, de sécuriser l'approvisionnement en mauvaise année mais aussi de transférer la spéculation au bénéfice des agriculteurs.


En 1988, le Comité de Jumelage Coopération a demandé à l'ENITA d'étudier les conditions de réalisation d'un grenier villageois à Mafeya. Avec le conseil des anciens et le chef de village, nous avons proposé que le grenier soit construit collectivement par les villageois et que le Comité de Jumelage assure le financement du stock initial.

En avril 1989, nous avons pu inaugurer le grenier au centre du village. Une originalité du projet réside dans son mode de financement. Le Comité de Jumelage a lancé une souscription auprès des habitants de Quetigny et Chevigny par le moyen d'actions de 50 F (7,62€). La totalité des fonds récoltés a permis de constitué un stock initial représentant un tiers de la quantité consommé par le village.
Aujourd'hui, le grenier fonctionne toujours sous la responsabilité de la plus âgée des femmes de Mafeya. En cas de besoin, les villageois empruntent au grenier et remboursent, au moment de la récolte suivante, avec un intérêt de 15%. On est loin des rapports de prix entre celui de vente à la récolte et celui d'achat lors des besoins ( 1 à 3 en moyenne ). Ces remboursements avec intérêts permettent la reconstitution du stock initial et la vente d'un excédent sur le marché. La somme ainsi obtenue assure les coûts d'entretien, en particulier le traitement contre les insectes ravageurs de sorgho et la rémunération de deux jeunes du village, gestionnaires du grenier. En plus, le village a tenu ses engagements vis à vis du Comité de Jumelage en remboursant près de 85% du prêt initial et il dispose, en plus et en propre d'un stock de céréales.


Les notables du village sont fiers que des habitants de Quetigny et de Chevigny leur aient fait confiance et ils tiennent, comme dette d'honneur, à tout rembourser.
Cette opération est maintenant connue des villages alentours et plusieurs d'entre eux souhaiteraient qu'un tel grenier puisse être mis en place chez eux ce qui vient d'ailleurs de se réaliser avec l'aide d'une autre commune du département de la Côte d'Or.

 

Voir aussi Un puits à Gouni

 

Axes de Coopération > Développement économique > Le grenier de Mafeya



Réagir