BP 16/01/13

http://prd-www-bienpublic-com.cm-cic.com/fr/images/filiale/logo.png

Le comité de jumelage agit depuis plusieurs années maintenant à Koulikoro. Et, malgré les craintes de ses derniers jours concernant l’actualité au Mali, les aides se poursuivent.

 
 

Depuis vingt-sept ans, Quetigny tisse des liens étroits avec la ville sœur Koulikoro, située à 60 km au nord de Bamako, par le biais du comité de jumelage qui a été créé sous l’égide des Cités Unies.

Ce jumelage de type coopération a vu s’ajouter un autre partenaire, la Ville de Bous (Allemagne). De nombreuses actions ont été entreprises au fil des années, tant au niveau des écoles que des centres de soins, maternités, bibliothèques… Cette aventure humaine fonctionne toujours dans le même esprit de fraternité.

Régulièrement, le maire Michel Bachelard et son homologue de Koulikoro Youssouf Traoré s’entretiennent sur la situation. Les derniers appels remontent au vendredi 11 janvier, date des premières frappes de l’armée française sur les islamistes, à environ 300 km de Koulikoro, puis lundi dernier. Il en ressort que sans l’aide de la France, le Mali n’aurait jamais pu s’en sortir.

Des satisfactions

« Le calme règne à Koulikoro, il n’y a pas de problème de sécurité. La population est très contente de l’intervention des forces françaises car, jusqu’à vendredi, l’inquiétude ­commençait à régner sérieusement avec l’approche des islamistes en direction du sud », confirme Stéphane Fournier, permanent du comité de jumelage à la mairie de Quetigny. Même son de cloche pour Moulay Jellal, vice-président du comité de jumelage (collège des élus), qui souligne que Facebook diffuse de nombreux messages : « Merci la France ».

Ghislaine Chenu-Ormencey, vice-présidente (collège habitants), indique que la coopération continue avec Koulikoro. Un container de matériels destinés aux écoles, jardins d’enfants, centres de santé et maternités partira de Quetigny samedi. Un camion provenant du comité de jumelage de Bous (Allemagne) apportera également du matériel.

 



Réagir